photographes-protegez-vos-photos

Photographes : comment protéger vos photos ?

Dans le lot de professionnels avec qui il nous est donné de travailler dans le domaine de la création Web, certains sont plus exposés que d’autres au vol de leur « produit » final. Dans la jungle sombre et épaisse du Web il arrive forcément un jour ou l’autre qu’un photographe se fasse tirer quelques images sans être cité sur des sites à but non commerciaux, ou sans être payé ni sollicité sur des productions commerciales. Comment faire en sorte de se protéger un maximum ? Essayons de faire le point ensemble de manière pratique mais non exhaustive dans la suite de l’article. Image

Que dit la loi ?

Comme le dit l’adage d’Aristote « nul n’est censé ignorer la loi » commençons d’abord par un bref retour sur la législation française en vigueur concernant les droits d’auteurs (même si un Chinois ou un Chilien pourront difficilement trembler sous le joug de celle-ci). Regardons donc du côté du code de la propriété intellectuelle, qui s’applique, il faut le noter, aux photographes amateurs comme aux professionnels. Si nous synthétisons un brin voici ce que nous trouvons :

  • Article. L112-2, paragraphe 9 : définit comme oeuvres de l’esprit « les oeuvres photographiques et celles réalisées à l’aide de techniques analogues à la photographie »
  • Article L121-1 : l’auteur jouit du droit au respect de son nom (en d’autres termes : votre nom DOIT OBLIGATOIREMENT être cité pour chaque apparition de vos photographies)
  • Article L121-2 : l’auteur a seul le droit de diffuser son oeuvre (ou peut l’autoriser en définissant les conditions de diffusion relatives à celle-ci)
  • Article L122-4 : l’article le plus important du chapitre II du CPI (qui définit les droits patrimoniaux), explicitant que toute reproduction totale ou partielle de l’oeuvre sans consentement de son auteur est illicite
  • Articles L335-2 et L335-3 : la conséquence pénale du non respect de l’article précédent… qui en fait un délit de contrefaçon en cas d’édition ou de reproduction autre qu’en cercle privé ou familial (peines maximales encourues : 3 ans de prison et 300 000€ d’amende)

La diffusion d’une oeuvre sur une plateforme publique, sans le consentement de son auteur, sera donc considérée comme un délit de contrefaçon. Considérant que vous allez bâtir un site Web au référencement optimal ou vous exposer sur les réseaux sociaux pour publier vos oeuvres et vous faire connaitre un maximum, autant dire que c’est un risque qui n’ira qu’en grandissant.

Cela dit il existe une panoplie de petites choses à savoir et à mettre en place pour éviter cela et c’est là que notre article va s’avérer, je l’espère, utile. Essayons une approche en 3 étapes :

  • Préparer ses fichiers convenablement
  • Maîtriser les navigateurs Web
  • Dompter les plateformes de diffusion

Préparer ses fichiers convenablement

La base ce sont vos fichiers. Ce sont eux qui vont se retrouver téléversés sur la toile. Afin de bien maîtriser leur diffusion il faut savoir plusieurs choses. D’abord, plus la qualité de votre image sera grande (résolution, dimension) plus elle a de chance de finir utilisée ailleurs cela va de soi. Voici donc quelques points à maîtriser concernant vos fichiers .JPG :

Limiter les dimensions et la résolution

La première étape post-shooting c’est de trier vos photos. A la base ce sont d’immenses fichiers RAW ou JPG selon comment vous travaillez que vous allez adapter au support final, soit pour le Web à une résolution de 72 DPI et à une taille d’environ 1000 pixels selon votre convenance.

Maîtriser la compression

Je ne vous recommanderais pas forcément d’influer sur la compression de vos fichiers JPG lors de l’export (par exemple avec Photoshop). Cela dit, c’est un excellent moyen de maîtriser le poids final d’un fichier qui va terminer sur la toile et son aspect final qui ne se doit d’être potable qu’à la taille à laquelle vous la désirez affichée.

Apposer un filigrane visuel

Le grand classique ! Apposer un filigrane visuel ou en anglais « watermark » est en effet la première chose à laquelle un photographe pensera. Bien souvent c’est aussi une chose, lorsqu’elle est apposée grossièrement, qui gâchera même la plus belle des prises. Une petite taille et un jeu d’opacité seront donc les bienvenus. Pour l’apposer plus rapidement des actions dans PhotoshopAperture ou de petits softwares vous aideront à gagner du temps de manière non négligeable. Autre astuce, votre nom c’est bien, votre nom de domaine c’est mieux.

Apposer un filigrane numérique connaitre la notion de métadonnées EXIF

EXIF est l’abréviation d’Exchangeable image file format. Les données EXIF constituent un remplacement commode du petit carnet qui accompagnait à l’époque de la photographie chimique les photographes méticuleux. Sur les appareils numériques, elles sont bien entendu conservées automatiquement avec chaque photo.

Les données EXIF sont des métadonnées incrustées au sein de vos fichiers images (rappelez-vous celles-ci même qui permettaient de voir qu’au fond de l’affiche de campagne 2012 de Nicolas Sarkozy il s’agissait de la mer Égéehuhu!). Ces données vous seront d’une aide précieuse dans le cas où, dans vos derniers retranchements en justice vous devriez prouver que cette image est bien à vous. Pour cela, des logiciels comme Photo EXIF Watermark Maker ou d’autres vous permettront de « tagguer » vos photos afin que celle-ci soit marquées au fer rouge mais discret de votre sceau.

Maîtriser les navigateurs Web

Une fois vos fichiers prêts, vous êtes maintenant en mesure de les envoyer sur la toile. Une fois implantée au sein d’un portfolio en ligne et afin que celles-ci ne soient pas trop exposées,  quelques techniques, même si elles ne tiennent pas du miracle, vont nous permettre de mieux les protéger.

Désactiver le clic droit

Désactiver le clic droit de la souris à l’aide de scripts Javascript est la technique la plus pratiquée sur la toile en termes de protection contre le vol d’images. Tout simplement parce que la première chose que fera un internaute pour récupérer une image sera : clic droit. Cette méthode strictement non infaillible reste la base de la protection sur un portfolio, elle empêchera l’internaute lambda de se procurer vos créations en 2 clics.

Protéger vos répertoires Web

C’est tout bête et pourtant on y pense rarement, sécuriser un minimum les répertoires de votre serveur FTP évitera que les curieux aillent fouiner dans vos répertoires d’uploads. Pour cela pensez bien à placer un fichier « index » à l’intérieur de ceux-ci afin que personne ne tombe sur l’intégralité des fichiers contenus dans vos répertoires.

Pas de solutions miracles

Et ouais, une fois vos images en ligne, il faut accepter qu’il n’y ait pas de solutions techniques miraculeuses pour les protéger à tout prix. Les captures d’écran, l’accès au cache des navigateurs font partie des choses qui sont difficilement maîtrisables au risque de pourrir l’expérience de navigation sur votre site. Soyez zen donc, et acceptez votre impuissance, vous ne pourrez qu’en gagner des années de vie.

Dompter les plateformes de diffusion

Maintenant que l’aspect technique des choses est passé arrêtons nous quelques minutes sur les plateformes de diffusion de photographies. Ici nous allons principalement survolerFlickr.

Paramètres de visualisation de vos photos et confidentialité

Dans les paramètres de votre compte Flickr (Privacy & Permissions) vous pourrez choisir qui peut accéder à votre fichier d’origine. Si jamais il vous arrive d’envoyer vos prises sur Flickr à des formats gigantesque peut-être serait il bon de restreindre leur accès uniquement à vous seul. Ou simplement de ne pas envoyer sur Flickr de fichiers immenses (cf : Préparer ses fichiers convenablement). D’autres paramètres s’offrent à vous dans cette rubrique tels que « est-ce que les gens peuvent partager mes photos » ou encore « mes photos seront-elles trouvables dans les recherches publiques ». Tous ces paramètres sont à régler à votre goût, mais n’oubliez pas que vous êtes sur le Web avant tout pour vous offrir de la visibilité, et que se sur-protéger peut vite devenir un défaut.

Mentions légales

Point très important et qui concerne autant votre présence sur les réseaux sociaux que votre propre portfolio en ligne : faites apparaître des mentions légales et vos conditions d’utilisation. Même si nul n’est sensé ignorer la loi, un texte clair et simple stipulant comment respecter votre travail n’est pas négligeable. Au moins, l’utilisateur ne pourra pas vous dire « vous ne le dites pas ».

Il manque certainement des choses mais celles-ci, une fois mises en place, devraient suffire à vous couvrir un minimum. N’oubliez pas que le Web est avant tout une formidable vitrine pour votre travail, et que plus de gens viendront pour s’en prendre plein les mirettes que pour vous voler.

J’ai oublié un point important ? Mon avis est discutable ? Les commentaires sont là pour vous !

Photographes : comment protéger vos photos ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>